Résumé du cahier numéro 10 (année 1984)

Tarification sociale des transports collectifs et population immigrée
Azouz BEGAGAzouz BEGAG
pp. 7-17pp. 7-17
La population immigrée vivant en France a fait l'objet de peu d'études dans le domaine des transports. En fait, c'est l'idée d'intégrer une dimension ethnique ou raciale dans les problématiques de recherches qui n'a pas encore été soulevée. Or, la considération en tant qu'objet spécifique, de l'usager étranger des transports collectifs révèle des intérêts suggestifs. Le but de cet article est de montrer que le système de subventionnement des transports urbains en France correspond mal aux réalités démographiques, sociales et économiques de la population immigrée, et plus particulièrement de celle issue de l'Afrique du Nord qui représente plus d'un million de personnes. The immigrant population living in France as caused few studies in the field of transport. In fact, this is the idea of integration an ethnical or racial dimension in the research problematics which has not been yet underlined. Though, considering in a specific way the foreign user in the scope of urban travel may suggest a lot of interests. The purpose of the paper is to show that the subsidizing politics of French urban transit systems corresponds badly with the demographic, social and economic realities of the immigrant population and specially those coming from Nord-Africa who represent more than one mil¬lion persons.
Un instrument d’analyse des chaînes de transport : le concept de trajet
Maurice BERNADETMaurice BERNADET
pp. 19-23pp. 19-23
L'analyse des chaînes de transport repose sur un découpage distinguant les déplacements et les points de rupture de charge. Généralement les déplacements sont définis par l'unicité du mode utilisé, et les points de rupture de charge par les opérations qui permettent le transfert d'un mode à l'autre.
Un découpage plus fin est proposé, en recourant au concept de "trajet". Un trajet est défini par trois critères :
- un déplacement géographique de la marchandise
- l'emploi d'un seul et même véhicule
- la réalisation du déplacement par un seul et même opérateur. L'article présente ce concept à vocation opérationnelle et discute de la signification de ces trois critères.
Analysis of goods transport chains - i.e. use of a succes¬sion of different modes of transport -needs to cut out trips and "break of load" points. Usually, trips are defined by singleness of mode, and "break of load" points by mode-to-mode transfer operations. An other way to cut out more thinly is proposed in terms of "journey". A "journey" is defined by three criterions:
i) geographical displacement of goods
ii) use of one and the same vehicle
iii) trip is realized by one the same operator.
This operational use concept is presented, and discussion turns on signification of these three criterions.
Eléments méthodologiques d’appréciation de l’utilité du transport aérien domestique : le cas de la création d’un réseau régional au Mexique
Olivier DOMENACH, Michel QUERCYOlivier DOMENACH, Michel QUERCY
pp. 25-53pp. 25-53
Cet article a pour objet de présenter une méthode d'appréciation de l'utilité du transport aérien régional. Complémentaire des méthodes traditionnelles d'aide à la planification des réseaux de transport aérien, qui ne permettent pas d'apprécier le rôle d'une nouvelle liaison autrement que par le niveau de trafic potentiel exprimé, elle vise à apprécier l'impact socio-économique d'une nouvelle desserte, ou d'un nouveau réseau à partir d'une analyse des espaces en termes de fonctions urbaines et régionales et des besoins de déplacement qu'elles génèrent. Cette méthode est appliquée au cas de la création d'un réseau aérien régional au Mexique. This article tries to present a method dealing with the utility of the regional aerian trans¬port. Complementary to traditional methods of planification of aerian trans¬port networks, it aims to appreciate the socio-economical effect of a new ser¬vice or of a new network from an analysis of the spaces in urban and regional functions terms. This method is applied in the case of the creation of the Mexican regional aerian network.
Un concept fécond : la consommation d’espace temps
Louis MARCHANDLouis MARCHAND
pp. 55-63pp. 55-63
Les centres des agglomérations focalisent les principales fonctions urbaines et engendrent de ce fait des volumes de déplacements très importants, le plus souvent concentrés dans le temps. La rareté de l'espace au sol dans ces centres conduit donc à s'interroger sur la consommation d'espace propre à chaque mode de transport : automobile, deux-roues, transports collectifs et marche à pied. Un concept nouveau - le m2 x heure -permet de quantifier ces consommations en tenant compte à la fois de la circulation et du stationnement des véhicules. Il montre par exemple qu'un déplacement domicile-travail de longueur moyenne, effectué en automobile, consomme 90 fois plus d'espace que s'il est réalisé en métro, 45 fois plus qu'à pied, 4 fois plus qu'en deux-roues et de 8 à 30 fois plus qu'en autobus, selon que ce dernier circule sur voirie banale ou bien bénéficie d'une voie réservée. Plus généralement, ce concept éclaire le sens et les proportions selon lesquels peut ou doit s'effectuer, dans les centres urbains, une redistribution (ou une création) d'espace de voirie entre ses
différents utilisateurs, afin d'en assurer une productivité globale satisfaisante. Celle-ci est d'autant mieux cernée qu'une valeur monétaire peut être attribuée à cette conservation d'espace (1 m2 x heure vaut en moyenne de 0,20 à 0,40 F) : en effet, tout se passe comme si les marchés de l'espace existant et de l'espace créé étaient assez équilibrés pour ne constituer en effet qu'un seul marché.
Usually focused in the CBD, main activities of urban conur¬bations generate heavy traffic volumes over short periods of time.
Therefore, scarcity of street space in the centers makes it necessary to consider the space consumed by each mode of transport such as private car, cycle, walking and public transport.
A new concept: the m2 x hour (or square meter x hour) enables to quantify these space consumptions including travelling of parking time.
For instance, it shows that an home-work trip, based on an average length, when made by car, consumes 90 times more space than the same trip made by metro, 45 times more space than if walking, 4 times more than if made by cycle and from 8 to 30 times more when made by bus (depending whether the bus runs in the general traffic or on a priority lane).
Generally speaking this concept allows to understand the trends and proportions in which that or-allotment (or creation) of street space in urban centers could or should occur between the different users so that to ensure the best overall productivity.
This last value is all the better determined as a money value can be given to this space consumption (one m2 x hour equal on the average 0,20 F to 0,40 F).
This leads to the fact that the existing and created space markets are balanced enough as to form actually a single market.